We are football association culture mémoire histoire
Comme eux rejoignez wearefootballDe volée
Omar Sahnoun Diaporama Omar Sahnoun

Omar Sahnoun

Le 21 avril 1980, l’annonce du décès d'Omar Sahnoun à l’âge de 25 ans, emporté par un malaise cardiaque lors d’un entraînement avec son club des Girondins de Bordeaux, frappe de stupeur la France du football qui perd un joueur de classe internationale que l’on surnommait « le harki ».

Omar Sahnoun était en effet un enfant de la guerre d’Algérie, né à Guerrouma dans la wilaya de Bouira en 1955. Son père combattait dans une « harka », unité supplétive autochtone d’Algérie engagée aux côtés de l’armée française contre la rébellion indépendantiste. A la fin de la guerre en 1962, comme tous les Algériens qui avaient fait le choix de France sa famille est menacée d’épuration. Considérés comme des traîtres au dessein révolutionnaire, ses parents sont contraints de quitter précipitamment l’Algérie et de se « replier » en France qu’ils espèrent accueillante. Le jeune Omar ne reverra plus l’Algérie : à 7 ans, il change d’univers, direction Beauvais où malgré le racisme et une vie quotidienne difficile, il prend goût pour le football, entre copains, dans la rue. A 12 ans, Omar Sahnoun signe sa première licence à l'AS Beauvais-Marrissel et devient très vite l'un des principaux espoirs de sa région. Au poste de libero, il remporte avec la sélection picarde la finale de la coupe de France cadets en 1972 en lever de rideau de la finale de Coupe de France entre Marseille et Bastia.

Repéré et contacté immédiatement par le FC Nantes, il rejoint le centre de formation des Canaris. Si sa première apparition en équipe première, date du 30 septembre 1972, lors d'un déplacement à Ajaccio (1-1), Omar Sahnoun n’intègre l'équipe première en signant son premier contrat professionnel au début de la saison 1974-1975. Sa particularité est d’être totalement polyvalent, capable d’évoluer à tous les postes de la défense et du milieu de terrain, tantôt libéro, tantôt, latéral, tantôt récupérateur, tantôt meneur de jeu et buteur. Au cours de la saison 1976-77, promu par l’entraîneur Jean Vincent, il devient un élément indispensable au sein du dispositif nantais marquant quinze buts.

Au début de l’année 1977, sélectionné à six reprises par Michel Hidalgo, Omar Sahnoun met en exergue les engagements de son père. Fier d’être harki, un passé et une identité qu’il assume. Au milieu des années soixante-dix, les anciens supplétifs n’ayant pas obtenu la reconnaissance attendue, se morfondant dans des baraquements à la périphérie de certaines villes ont décidé de s’exprimer. Le débat sur les exactions françaises pendant la guerre d’Algérie est relancé à la suite la visite officielle du président Giscard d’Estaing à Alger en 1975. Dans ce contexte, Omar Sahnoun ne cache pas ses origines, au contraire, il estime prolonger l’engagement de son père, fier de défendre la France. Certes, la manière est fort différente, mais Omar Sahnoun voit à travers sa présence au sein du club « France », une occasion de consacrer tardivement les siens.

Malheureusement, Omar Sahnoun que l’on considérait partant pour la Coupe du monde 78, n’aura plus l’occasion de porter le maillot tricolore et de véhiculer son combat en faveur de l’identité harkie : après une première alerte cardiaque fin 1977, il est obligé d’interrompre la compétition pendant quelques mois et de renoncer à l’aventure argentine. De retour en pleine possession de ses moyens en 1978-79, il souhaite relancer sa carrière avec les Girondins de Bordeaux la saison suivante… Le fils de Harki, si fier d’être Français, disparaît avant d’avoir pu donner pleine mesure de son talent, à l’image du groupe marginalisé qu’il représente, son histoire s’achève sur une impasse.
Yvan Gastaut
Université de Nice

Envoyer l'article à un ami
Télécharger ce dossier en PDF Télécharger ce dossier en PDF Télécharger ce dossier en PDF
Haim revivo Haim revivo
Le poids de l?h?ritage socio-culturel face ? l?identit? sportive
Rachid Mekhloufi : Le Footballeur des deux rives Rachid Mekhloufi : Le Footballeur des deux rives
La carri?re de Rachid Mekhloufi
Eric Cantona en Angleterre Eric Cantona en Angleterre
La carri?re de Cantona dans la FA Premier League
Stefan kovacs Stefan kovacs
De la Roumanie ? la France : "une affaire d'?tat"
Sorciers blancs : mal n?cessaire ou alibi ? Sorciers blancs : mal n?cessaire ou alibi ?
Les entra?neurs europ?ens en Afrique
Pel? fait son cin?ma Pel? fait son cin?ma
"Le roi Pel?" au festival de Cannes
Une g?n?ration oubli?e ? Une g?n?ration oubli?e ?
Claude Quittet et le football fran?ais des ann?es 60
Paolo Rossi Paolo Rossi
Du scandale du Totonero ? la victoire en Coupe du monde
Henri Delaunay Henri Delaunay
La Coupe du monde devrait-elle s?appeler Coupe Henri Delaunay ?
John Henry Davies: un pr?sident philanthrope John Henry Davies: un pr?sident philanthrope
Le premier pr?sident de Manchester United
Matthias Sindelar Matthias Sindelar
Un joueur autrichien des ann?es trente surnomm? le ? Mozart du football ?
Auguste Jordan Auguste Jordan
un Autrichien sous le maillot tricolore au temps des ann?es noires
George Best George Best
Une idole des sixties : entre d?rive et reconnaissance
Platini et l'Italie Platini et l'Italie
Une relation soutenue et complexe avec le pays de ses origines
Etienne Mattler Etienne Mattler
Etienne Mattler fait sans doute partie des premiers joueurs professionnels fran?ais.
Antoine Tremblay Antoine Tremblay
Joueur et dirigeant du Club athl?tique de la Soci?t? G?n?rale (CASG)
Antonin Panenka Antonin Panenka
Une lueur derri?re le "rideau de fer"
Giuseppe Meazza : Giuseppe Meazza : "il balilla"
Un joueur symbole de la victoire du fascisme sportif

Videotheque - Quizz - Presse - Boutique - Association - Les fondateurs  - La rédactionContact - Partenaires


© 2005 - 2014 Wearefootball.org - Tous droits reservés  - Prezcreation